Imprimer        Partager sur : facebook   twitter   google   myspace   http://www.wikio.fr 
GÉOGRAPHIE

Le nom conventionnel du pays est "République de Guinée-Bissau" en Français et "Republica da Guine-Bissau" dans la langue officielle.
Guinée-Bissau (Guine-Bissau en Portugais) est le diminutif généralement utilisé. Sur place où l'on ne peut pas la confondre, on l'appelle tout simplement "Guinée" en disant "Guinée Conakry" lorsque l'on veut parler de la République de Guinée frontalière au Sud.

Devise du pays :
Unitade - Luta -Progresso
(Unité, Lutte et Progrès)

L'HYMNE NATIONAL

La Guinée-Bissau existe officiellement depuis le 24 septembre 1973. Le 24 septembre est devenu le jour de la fête nationale de l'Indépendance.

Le drapeau reprend les couleurs du panafricanisme avec une signification particulière pour chacune :
Le rouge pour le sang versé par les combattants de la liberté dans les jungles de Guinée.
Le vert pour la vie future, la végétation et l'espérance dans la lutte.
Le jaune pour l'or aussi précieux que l'unité des Guinéens et des Africains.
Les cinq branches de l'étoile représentent les cinq sens de l'homme: la vue, l'ouïe, le goût, l'odorat et le toucher.

Langue officielle : Portugais. Le créole portugais (kriolo) est la langue néanmoins la plus parlée. Dans les villages on parle la langue de son ethnie.


Armoiries de la Guinée-Bissau

Drapeau de guinée-Bissau
Drapeau bissau-guinéen
(cliquez pour agrandir)

Coordonnées géographiques : 12 00 Nord, 15 00 Ouest Superficie : 36 120km²
Côtes : 350km au total sur l'Océan Atlantique Frontières : 724km dont 386km avec la Guinée et 338km avec le Sénégal
Territoire maritime : jusqu'à 12 miles marins et zones économique exclusive jusqu'à 200 miles marins Fuseau horaire : UTC 0 (2h de décallage avec la France en été, 1h en hiver)
Point culmimant : dans l'Est du pays à 300m d'altitude Monnaie : franc CFA (XOF)

DEMOGRAPHIE

La population de la Guinée-Bissau s'élève à 1 442 029 habitants (estimation juillet 2006). Sa population est très jeune avec 41.4% d'enfants de 0 à 14 ans (297 623 garçons / 298 942 filles), 55,6% d'adultes de 15 à 64 ans (384 559 hommes / 417 811 femmes) et 3% seulements "d'anciens" de plus de 65 ans (18 048 hommes / 25 046 femmes). L'âge moyen des Bissau-Guinéens est de 19 ans seulement et la tendance est encore au rajeunissement avec un taux d'accroissement de 2,07%, un taux de natalité de 37,22/1000 et un taux de mortalité à la baisse (16,53/1000).

Autres chiffres statistiques (estimations 2006):

Taux d'immigration : 0/1000 (solde négatif)

Ratio sexuel à la naissance : 1,03 garçon pour 1 filles
Ratio sexuel des enfants de moins de 15 ans : 1 garçon pour 1 fille (parité parfaite)
Ratio sexuel des adultes de 15 à 64 ans : 0,92 homme pour 1 femme
Ratio sexuel des adultes de plus de 65 ans : 0,72 hommes pour 1 femmes
Ratio sexuel total : 0,94 hommes pour 1 femme

Taux de mortalité infantile : 105.21 enfants sur 1000 meurent avant l'âge de 5 ans.
Espérance de vie à la naissance : 46,87 ans (45,05 ans pour les hommes et 48,75 ans pour les femmes)
Taux de fertilité : 4,86 enfants par femmes

Taux d'alphabétisation (adultes > à 15 ans sachant lire et écrire) : 42.4% (hommes : 58.1%, femmes : 27.4%)

C'est bien-sûr autour de Bissau mais également au Nord-Ouest de la Guinée-Bissau (en pays Diola et Manjak) que la densité de population est la plus forte bien qu'elle demeure à un niveau très faible. Même dans les zones à forte concentration humaine, on peut facilement parcourir des kilomètres dans la forêt sans voir personne. Dans l'Est et le Sud c'est le vide ! La région de forêt pluviale de Catió (une des plus arrosées au monde) est constituée d'un entrelacement de forêt primaire et de mangrove qui rend la vie en saison "humide" relativement difficile même si là-bas plus qu'ailleurs la nature est très généreuse. Entre juillet et septembre il pleut quasiment quotidiennement et de fin mai à début novembre au moins deux à trois fois par semaine !

 Ethnies: plus d'une vingtaine d'ethnies noires, peu d'Européens et beaucoup de métis.
  Religions: Comme dans la plupart des pays d'Afrique, beaucoup de Bissau-Guinéens sont animistes tout en ayant parallèlement une religion monothéiste. On peut donc dire qu'il y a 75% d'animistes, 60% de musulmans et 20% de catholiques. Tout l'Est du pays est peuplé de populations majoritairement musulmanes (Peulhs, Mandingues) et c'est aussi le cas du Sud où Nalus et Biafadas, quoique très attachés à leurs croyances traditionnelles, ont embrassé la religion islamique. Dans le reste du pays (Nord-Ouest, Bijagos et Centre) les populations sont animistes ou catholiques.

Densité de population en Guinée-Bissau

Densité de population en Guinée-Bissau

CLIMAT & ECOSYSTEMES

Située à mi-distance entre le tropique du Cancer et l'équateur, la Guinée-Bissau a un climat chaud et humide. La température moyenne varie peu (24° C - 29° C). Elle est soumise à une saison pluvieuse qui va de juin à novembre, et à une saison sèche qui s'étend de décembre à mai. Arrosée par la mousson atlantique (plus de 1 000 mm/an dans l'intérieur du pays au nord, plus de 2 000 mm sur la côte au sud), la Guinée-Bissau est soumise aux irrégularités pluviométriques et appartient au Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS).

Profil météorologique de Guinée-Bissau

Pluviométrie et température à Bissau :
 

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Pluviométrie (en mm)

3 3 0 0 5 38 178 356 229 74 10 5

Température maxi (°C)

28 29 31 30 31 32 31 30 31 32 31 29

Température mini (°C)

17 17 18 18 20 23 24 24 24 23 21 18

Composition du couvert végétal et sa répartition par région administrative:
  Forêt dense sèche Forêt dense sèche dégradée Forêt dense sèche de transition Forêt claire dense Forêt claire dégradée Savane Palmeraie Mangrove Forêt ripicole TOTAL
Bolama
3,200
6,400
0
14,000
11,200
44,000
15,600
41,600
0
136,000
Biombo
0
0
0
0
400
8,000
1,600
22,400
0
32,400
Cacheu
0
0
0
3,600
31,200
94,400
41,200
90,800
400
261,600
Gabu
0
0
0
17,600
268,800
418,000
0
0
64,800
769,200
Quínara
23,600
16,000
0
23,600
38,800
58,400
5,600
22,800
5,600
194,400
Bafata
0
400
8,400
49,200
234,000
137,600
6,800
0
8,000
444,400
Oio
0
0
0
69,600
144,000
126,800
8,800
10,000
6,800
366,000
Tombali
63,600
39,600
11,600
12,000
18,800
38,800
400
60,800
7,600
253,200
TOTAL
90,400
62,400
20,000
189,600
747,200
926,000
80,000
248,400
93,200
2,457,200

Forêts de Guinée-Bissau

Économie

La Guinée-Bissau est l'un des 10 pays les plus pauvre de l'Univers ! Cette situation ne date pas d'aujourd'hui et certains facteurs tels que le SIDA ou la baisse des revenus agricoles d'exportation n'incitent pas forcément à l'optimiste. Heureusement, la vente de permis d'exploitation de pêche à l'Union Européenne ou au Japon permet de faire rentrer des sommes substantielles. En outre, la production de noix de cajou a repris son rythme de croisière (elle avait fortement diminué durant les périodes de trouble). La Guinée-Bissau est au 6ème rang mondial des producteurs de noix de cajou. La Guinée Bissau a des réserves notables de phosphates, de bauxite, d'argile, de granit et de bois. Quelques réserves off-shore de pétrole lourd pourraient être exploitées.

  Voir aussi la page agriculture

La population est très majoritairement active dans le secteur agricole qui emploie près de 82% de la main d'oeuvre du pays. Le secteur du commerce, de l'industrie et des services attire quant à lui à peine 18% des travailleurs bissau-guinéens. La part de chaque secteur dans la composition du PIB est cependant sensiblement différente puisque l'agriculture ne contribue qu'à 62% du PIB alors que l'industrie y participe à hauteur de 12% et les services à hauteur de 26%.

La population active de Guinée-Bissau avoisine les 500.000 personnes. C'est cette petite masse laborieuse qui doit rembourser une dette extérieure évaluée à près d'un milliard de $US. L'aide économique permettant de pouvoir supporter le poids important de la dette est seulement d'une centaine de millions de $US.

Le développement tant attendu et qui pourrait mener le pays vers plus de propérité n'est pas au rendez-vous. Le taux de croissance de la production industrielle n'est que de 5% par an (estimation 2003). Autant dire presque rien puisque 5% de pas grand chose font toujours pas grand chose. D'autant que si la moitié de la production industrielle concerne la transformation des produits agricoles, l'autre moitié ne concerne que la bibine: production de bière et de boissons diverses...

Pour complèter ce glorieux tableau, le commerce extérieur est largement déficitaire : les importations coûtent 60 millions de $US de plus que ce que rapportent les exportations.

  Exports : 116 millions de $US FOB en 2004 (cajou, poisson, crevettes, arachide, noix palmistes, bois) principalement à destination de l'Inde (68.9% qui achète toute la production de cajou), du Nigéria (17.5%) de l'Equateur (4.6%). Les 9% qui restent vont vers le Sénégal, le Portugal ou l'Espagne.

  Imports : 176 millions de $US FOB en 2004 (agro-alimentaire, véhicules, machines, pétrole, équipement) venant notamment du Sénégal (35.7%), de l'Italie (18.8%), du Portugal (12.8%) mais aussi de Hollande, de Chine, d'Allemagne ou de France.

IMPORTATIONS (secteur agro-alimentaire) pour l'année 2004 (source FAO) :
  Produit de base Quantité Valeur (000 $EU) Valeur unitaire ($EU)
1 Riz, Brisures Mt 33173 10820 326
2 Farine de Blé Mt 14005 4208 300
3 Bière d'Orge Mt 4992 3334 668
4 Préparations Alimentaires Mt 2139 3310 1547
5 Huile de Soja Mt 2465 2400 974
6 Vin Mt 3505 2274 649
7 Boissons non Alcooliques Mt 2940 2168 737
8 Riz Usiné Mt 5930 1900 320
9 Sucre Raffiné Mt 6200 1700 274
10 Viande de Poule Mt 822 1287 1566
11 Margarine et Grais Culin Mt 574 741 1291
12 Lait de Vache,Entier,Sec Mt 237 741 3127
13 Cigarettes Mt 55 729 13255
14 Pâtisserie Mt 342 493 1442
15 Pâte de Tomate Mt 296 364 1230
16 Maïs Mt 1460 350 240
17 Eaux, Glaces, etc. Mt 1325 324 245
18 Aliments pour Enfants Mt 89 311 3494
19 Oignons Secs Mt 1450 291 201
20 Lait de Vache,Ecrémé,Sec Mt 90 279 3100
F = Estimation de la FAO | M = Donnée non disponible | * = Données non officielles | Mt = Tonne métrique | P=Estimations issues des partenaires commerciaux

EXPORTATIONS (secteur agro-alimentaire) pour l'année 2004 (source FAO)
  Produit de base Quantité Valeur (000 $EU) Valeur unitaire ($EU)
1 Anacardes Mt 80854 61649 762
2 Fibres de Coton Mt 176 238 1352
3 Graines de Coton Mt 1692 238 141
4 Boissons Alc Distillées Mt 45 150 3333
5 Mangues Mt 32 59 1844
6 Légumes Frais Mt 32 36 1125
7 Huile de Palme Mt 14 14 1000
8 Bière d'Orge Mt 11 6 545
9 Fruits Frais Mt 2 3 1500
10 Ananas Mt 4 2 500
F = Estimation de la FAO | M = Donnée non disponible | * = Données non officielles | Mt = Tone métrique | P=Estimations issues des partenaires commerciaux

Données statistiques générales :

Taux de croissance économique réel : 2.3% (estimation 2005)
PNB par habitant : 800 $US (estimation 2005)


La répartion des richesses montre des très grandes inégalités. On appelle ça dans les milieux non diplomatiques "le marxisme à l'Africaine" :
Les 10% de Bissau-Guinéens les plus pauvres détiennent 0.5% de la "richesse nationale"
Les 10% de Bissau-Guinéens les plus riches détiennent 42.4% de la "richesse nationale"

Taux d'inflation du panier familial : 4% (chiffre 2002)

INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT

Infrastructures routières (chiffres 1999) :

- Voies bitumées en état : 453km
- Voies non bitumées (pistes principales en latérite) : 3947km
Total : 4400 km

Infrastructures portuaires et fluviales :

Les cinq grands estuaires de la Guinée-Bissau sont navigables.

Le Rio Cacheu est navigable en eau profonde jusqu'au port de Cacheu et avec un charge de 4 000 tonnes jusqu'à Farim située pourtant à près d'une centaine de kilomètres de l'embouchure.
Le Rio Gêba est navigable avec une charge de 120 000 tonnes jusqu'à Bissau. Les embarcations artisanales peuvent en outre remonter jusqu'à Bafatá.
Le Rio Grande de Buba est navigable jusqu'à Buba avec une charge de 120 000 tonnes et jusqu'à l'ancien port national de Bolama avec 4000 tonnes de charge.
Le Rio Cumbijã, au sud, est navigable jusqu'à la préfecture de Bedanda avec des petites embarcations d'une charge inférieure à 600 tonnes.
Enfin, le Rio Cacine permet la navigation des bateaux emportant jusqu'à 3000 tonnes.

L'ensemble des côtes bissau-guinéennes étant composé de mangrove et d'un dédale de canaux au sein même des estuaires, de nombreuses embarcations artisanales (pirogues) peuvent relier un grand nombre de villages et de villes secondaires, tant pour les activités de pêche que pour le transport de passagers et de marchandises.

En dehors des estuaires, dans l'archipel des Bijagos, le port de Bubaque accueille des bateaux emmenant jusqu'à 120.000 tonnes de charge.

L'ensemble des ports (Bissau, Buba, Cacheu, Farim) datent de l'époque coloniale est sont tout dans un état de délabrement avancé. Le port de Bissau, accueillant des portes-containers, ne fait pas exception. En plus des épaves de bateaux qui encombrent le vieux port, les zones de débarquement sont dans un état lamentable. La zone de stockage des containers est la seule qui montre un entretien acceptable.

Les infrastructures aériennes :

La Guinée-Bissau compte trois aéroports avec des pistes bitumées dont l'aéroport international Osvaldo Vieira de Bissau-Bissalanca. Les autres, au nombre de 25, sont des aérodromes avec des pistes en latérite. La majorité des ces aérodromes ne permet que l'atterissage d'avions très légers : 20 ont une longueur de piste inférieure à 914 mètres.

 

ENERGIE

Électricité:
Capacité de production : 56 millions de kWh (chiffres 2003)
Production annuelle : 52,08 millions de kWh (chiffres 2003)
Consommation par habitant : 39 kW (chiffres 2003)

Les normes sont les mêmes qu'en France et tout fonctionne sur du 220 volts quand il y a du courant ce qui peut se révèler rare. Les prises sont également les mêmes qu'en France. Il faut savoir qu'il y a deux réseaux électriques à Bissau : un pour les nantis et les entreprises qui est assez souvent coupé, et un pour les Bissau-Guinéens chanceux (encore plus souvent coupé). Le Bissalien moyen ou pauvre devra se contenter de la bougie ou de la lampe à pétrole.

Aujourd'hui, la situation est particulièrement préoccupante. Seule Bissau possède une centrale électrique. La compagnie nationale d'électricité n'a souvent plus d'argent pour payer le pétrole nécessaire à sa production. Des fils électriques "pirates" sortent de tous les côtés de la centrale pour alimenter quelques chanceux, notamment dans le quartier de Chão de Papel où le générateur est installé. La centrale arrive cependant à alimenter la capitale et ses environs toutes les nuits à partir de 18H00 et ce jusqu'au lendemain midi. Certains jours on peut même avoir du courant 24h/24. Ceci est néanmoins exceptionnel.

En dehors de la capitale, seules les villes principales telles que Cacine, Catió, Cacheu, Bissorã, Gabú ou Bafatá ont des centrales alimentant les commerces, les administrations et quelques foyers. Elle ne fonctionnent cependant qu'en soirée jusqu'à minuit-1h du matin.
Les localités de taille plus modeste doivent quant à elles s'en remettre à quelques initiatives privées ou personnelles : de petites groupes électrogènes peuvent par exemple être amortis par les commerçant qui les possèdent pour leur frigo en "revendant" quelques centaines de watts dans le quartier pour alimenter une ampoule, une télévision ou un ventilateur. C'est par exemple le cas de Bubaque dans les Bijagos.

Si aujourd'hui, 100% de la petite production électrique bissau-guinéenne est d'origine thermique, des projets comme celui du barrage hydroélectrique de Saltinho sur le Rio Corubal pourraient augmenter à terme la production électrique du pays de plus de 120%. Le projet prévoir que d'ici 2015, le barrage de Saltinho pourrait couvrir près de 60% des besoins électriques du pays. Un tel ouvrage ferait économiser en quelques années des centaines de millions de tonnes de pétrole au pays tout en le rendant plus autonome et moins pollué.

Pétrole :
Toutes utilisations confondues, la Guinée-Bissau consommait en 2003 (derniers chiffres disponibles) 2450 barils de pétrole par jour. L'ensemble de cette consommation est importée. En effet, la Guinée-Bissau aurait, selon certains experts, du pétrole off-shore sur son territoire (dont une partie est disputée avec le Sénégal), mais ce pétrole, trop lourd pour avoir une qualité acceptable, n'est pas exploité à ce jour.

L'industrie étant quasi-inexistante, la consommation de pétrole est répartie entre l'utilisation comme carburant automobile et la production d'électricité.

MEDIAS/PRESSE

La presse bissau-guinéenne, y compris les ondes, a été libéralisée depuis la loi du 3 octobre 1993. La presse écrite comporte outre le journal gouvernemental Nò Pintcha, ouvert à l’opposition, des titres indépendants comme L’Expresso Bissau, Corréo da Guinée-Bissau, Banoméro. D’autres sont directement liés aux partis politiques : Bagueira pour le PCD, Ganga Real pour la RGB-MB, qui sont souvent très critiques à l’égard du pouvoir. Sur le plan radiophonique, la radiodiffusion nationale (RDN) est concurrencée par trois radios privées : Radio Pidjiguiti, Radio Mavegro, Radio Sintchan Hocko et Radio Bombolom, qui, tombée entre les mains des mutins en 1998 leur a servi de tribune tout au long du conflit.

Plusieurs radios internationales se disputent également la bande FM à Bissau. On a pu noter la concurrence entre Radio France Internationale (RFI) et la radio portugaise (RTPI) dans ce pays lusophone, mais où le français prend une importance croissante. De même, la télévision nationale (RTGB) est concurrencée par des chaînes extérieures. On retrouve la même concurrence franco-portugaise relayée par TV5 et la chaîne de télévision portugaise équivalente (RTP). La presse dispose d’une relative liberté depuis le rétablissement des institutions en 2005 et il existe un conseil national de la communication sociale.

TELECOMMUNICATIONS / INTERNET

Il est désormais possible d'aller sur internet en Guinée-Bissau. Depuis 2000, le nombre de cybercafés ne cesse d'augmenter même si la qualité générale de ces établissements est loin d'être excellente. Dans tous les cas, seule la capitale est réellement équipée de connexions internet publiques. Le nombre total d'utilisateurs d'internet en Guinée-Bissau en 2006 est estimé à 30.000 dont la plupart sont des utilisateurs occasionnels, souvent jeunes.
Ne comptez pas vous connecter au net ailleurs que dans la capitale. A titre indicatif, le code internet du pays est curieusement ".gw". (voir aussi le paragraphe "internet" dans la page "PRATIQUE"). 

Le téléphone coûte très cher sur l'international et le cellulaire dont l'offre grand public est très récente n'a pas encore touché toutes les couches de la population. Les dernières statistiques concernant le nombre de téléphones GSM en circulation datant de 2003, il est fort probable qu'aujourd'hui en 2006, le nombre de GSM dépasse le nombre de lignes fixes.

- Nombres de lignes téléphoniques : 10600 (chiffres 2003)
- Nombre de téléphones mobiles GSM : 1300 (chiffres 2003 : ce nombre a considérablement augmenté)
- Densité de téléphones  fixes :  7 téléphones/1000 habitants
- Indicatif international de la Guinée-Bissau : +245

NB : En dehors de Bissau, le nombre de lignes fixes dans les ville bissau-guinéennes ne dépasse jamais quelques dizaines.

PHOTOS SATELLITES

Voir la page sur les photos aériennes et satellites de Guinée-Bissau (avec description et commentaire)

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 26/09/2007 - 08:09 par daniel G.  0 votes   
    Bravo pour votre site; cependant,moi je reste sur ma faim car pour des besoins professionnels, je serais heureux d'y trouver la carte de l'ensoleillement,la situation par rapport à l'équateur, et la moyenne mensuelle des heures d'ensoleillement.merci d'y penser, mais en tout état de cause, félicitations pour votre travail.
  • Message déposé le 19/12/2006 - 13:12 par Prunier Serge  1 votes   
    Bonjour, Bravo pour votre site, clair, agréable et documenté. Juste une remarque pour la rubrique "géographie-territoire maritime : il y a confusion entre deux unités de mesure maritime. Le noeud marin est une unité de vitesse représentant 1 Mile à l'heure. Le Mile marin est une unité de distance représentant environ 1,8 km. Les chiffres donnés pour le territoire maritime du pays doivent donc être donnés en mile et non en noeud. Amicalement Note de Guinee-Bissau.net : en effet ! Merci. L'erreur est corrigée
  • Imprimer        Partager sur : facebook   twitter   google   myspace   http://www.wikio.fr 
    Sénégal Airlines, compagnie aérienne  Le Sénégal   Burkina   Le Mexique   Le Cap Skirring   Dakar Voyages   Le Sénégal   SunofBelize, le site du tourisme et des voyages au Belize