Imprimer        Partager sur : facebook   twitter   google   myspace   http://www.wikio.fr 

Les Diolas

Les Diolas (ou Joola ou Jola) se trouvent sur un territoire qui s'étend sur la Gambie, la Casamance et la Guinée-Bissau dont l'histoire est marquée par l'héritage des empires coloniaux britannique, français et portugais auquel il faut ajouter le rayonnement des vénitiens qui sont les premiers occidentaux à avoir abordé cette région en 1456. De nombreux Diolas ont immigré notamment autour de Dakar. L'identité des Diolas est caractérisée par l'usage de la langue diola. Ils représentent une petite partie de population bissau-guinéenne (environ 35 000 personnes).

Ils sont assez nombreux dans les régions de Varela et São Domingos (nord-ouest de la Guinée-Bissau). En fait les Diolas sont divisés en de nombreuses communautés qui parfois ont des langues assez différentes : les Essyls, les Fognis, les Erings, les Bayots ou les Floups font partie de ces sous-ethnies diola qui ont donné leurs noms aux terroirs qu'ils occupent. Les plus nombreux en Guinée-Bissau sont les Floups et les Bayots... Les plus connus sont sans aucun doute les Floups dont le roi, le roi d'Oussouye (en Casamance, à une quinzaine de kilomètres de la frontière bissau-guinéenne), exerce encore des pouvoirs traditionnels importants.

Ils sont pour la plupart agriculteurs et excellent dans la culture du riz à laquelle ils ont apporté des techniques agricoles très avancées. Mais les missions catholiques prodiguant un enseignement de qualité, notamment en Casamance, de l'autre côté de la frontière, on les retrouve aujourd'hui parmi les cadres les plus élevés de l'économie, de l'administration ou de la politique. Un des présidents par intérim après la chute de Nino fût d'ailleurs un Diola : Malam Bacam Sagna (Sanha).
Une partie importante de la présence diola en Guinée Bissau est constituée de réfugiés harcelés par l'armée sénégalaise en Casamance où nombreux sont les villages qui ont été anéantis. Le chef emblèmatique de la rebellion est d'ailleurs diola : l'abbé Augustin Diamacoune. Leurs noms de famille les plus courants sont Diatta, Badji, Sagna, Goudiaby, Mane, Sanne, Badiane, Bassene, Himbane, etc.. Si de nombreux Diolas sont musulmans au Sénégal (les Fognis), la plus grande partie des Diolas de Guinée Bissau sont soit catholiques soit adeptes des croyances traditionnelles.

Les Diolas sont présents dans les pays suivants : Casamance, Gambie, Guinée-Bissau
Population en Guinée-Bissau : ~35 000
Activité traditionnelle en milieu rural : Agriculture

& Souviens-toi du Joola par: Patrice Auvray
Je devrais être enterré ici, et Coco avec moi. Je devrais m?appeler numéro trente-cinq. Je devrais être pleuré comme je pleure ces anonymes pour qui leurs familles ne savent ni où ni comment se recueillir. Je devrais être oublié dans le fond de la brousse africaine pour mériter l?inatt
& Souviens-toi du Joola par: Patrice Auvray
& Dans la tempête du Joola : Debriefing émotionnel après une catastrophe d par: Ari Gounongbe
& Dans la tempête du Joola: Debriefing émotionnel après une catastrophe de par: Ari Gounongbe
Le 26 septembre 2002, le navire Le Joola coulait au large des côtes Gambiennes. Assurant la liaison entre Dakar et Ziguinchor, le navire gît encore dans les fonds marins avec 1863 voyageurs. L'auteur raconte son travail quotidien de psychologue et d'assistance auprès des rescapés, des familles d
& Dans la tempête du Joola : Debriefing émotionnel après une catastrophe d par: Ari Gounongbé
Le 26 septembre 2002, le navire Le Joola coulait au large des côtes Gambiennes. Assurant la liaison entre Dakar et Ziguinchor, le navire gît encore dans les fonds marins avec 1863 voyageurs. L'auteur raconte son travail quotidien de psychologue et d'assistance auprès des rescapés, des familles d
& Proverbes Jóola de Casamance par: Nazaire Diatta
& JOOLA, Africa's Titanic: True Story from one of the Worst Maritime Disaster par: Pat Wiley
& JOOLA, Africa's Titanic: True Story from one of the Worst Maritime Disaster par: Pat Wiley;
& JOOLA, Africa's Titanic: True Story from one of the Worst Maritime Disaster par: Pat Wiley
& L'identité joola en question : La bataille idéologique du MFDC pour l'ind

Sommaire

  

Histoire

Les traditions orales sénégambiennes attestent que les peuples de Sénégambie dont les ancêtres des Diolas, apparentés aux Sereres et aux Peuls, sont originaires de la vallée du Nil (1). Avant l'arrivée des Diolas en Casamance, la région était peuplée de groupes apparentés aux anciens Tellem du Mali. Les Diolas, à l'époque de l'Empire du Mali vivaient beaucoup plus à l'est, vers le Mali. Ils furent amenés à occuper la région de la Casamance, suite à l'avancée des Malinkés conquérants. Les Diolas, une fois installés en Casamance, cohabitaient avec d'autres ethnies, les Baïnouks qui ont précédé les Diolas en Casamance, les Balantes, les Manjaques, Peuls, Sossés. Les Diolas créent plusieurs états indépendants, rivalisant surtout avec les Bainouk qui eux aussi étaient à la tête de puissantes chefferies. Les Malinkés dirigés par Tiramakan Traoré, lieutenant de Soundiata Keita, fondateur de l'empire du Mali, imposèrent leur domination sur les Diolas, avec le royaume malinké du Kaabu. Les Diolas et les Mandingues, s'infuencèrent et s'empruntèrent des éléments culturels. Également, les rois malinkés du Kaabu avaient souvent des origines diolas par leur matrilinéage, cette cohabitation entre Diolas et Malinkés, explique par exemple certains patronymes qu'ils ont en commun (Mané, Sané, Diaby, Sonko, Sagna, etc). Les Diolas ont toujours été réputés pour leur fierté, la quasi-impossibilité de les soumettre, un peuple à la fois guerrier et pacifique.

Culture


Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting T_OLD_FUNCTION or T_FUNCTION or T_VAR or '}' in /usr/local/php5.4/share/pear/PEAR.php on line 140